LIVRAISON OFFERTE EN FRANCE DÈS €70 ET EN EUROPE DÈS €130

Recherche

Quel biberon après allaitement ? 

Chaque parent souhaite ce qu’il y a de mieux pour son enfant. Mais dans la jungle des produits proposés sur le marché de la petite enfance, il faut souvent s’armer de courage avant de dénicher le parfait article répondant aux besoins de votre bébé.  

Lorsqu’une mère de famille souhaite sevrer son enfant, elle réfléchit instantanément à cette nouvelle vie après l’allaitement qui les attend, elle et son bébé.  

 Que va manger bébé ? Faut-il sevrer du jour au lendemain son tout-petit ? Quel biberon après allaitement conviendrait le mieux ? Est-ce que la période s’annonce compliquée ? 

Nous répondons à toutes vos questions ! 

Le meilleur biberon après l’allaitement 

Si votre bout de chou connaît déjà les biberons et a déjà eu l’occasion d’en boire, alors la transitionde l'allaitement vers un biberonnage exclusif ne devrait pas trop poser de problème. Bébé connaît déjà le goût, l’odeur et la texture du contenant dans lequel vous effectuez les préparations de lait en poudre.  

Si vous n’avez pas encore donné de biberon à votre enfant, il est préférable d’opter pour un biberon capable de reproduire au mieux les sensations ressenties lors de l’allaitement maternel. Choisissez une tétine souple, sans odeur, de préférence physiologique (plate d’un côté et arrondie de l’autre) qui permettra à bébé de ne pas être trop dépaysé.   

Un biberon reproduisant la forme du sein de sa mère est également une innovation que vous pouvez trouver dans notre gamme de produits Elhée. La matière en silicone est douce (comme de la peau de pêche ! ) et procure un sentiment de bien-être immédiat à la prise en main.  

Pour que votre enfant ne soit pas rebuté à l’idée de plus avoir le sein nourricier sous la main, il est important que chaque repas soit à la fois des moments apaisants, mais aussi ludiques ! Le jeufait sans conteste partie de l’apprentissage de votre enfant. Un biberon soit décoratif, soit maléable, ou bien encore de couleur, permet de capter l’attention de votre bébé et de le pousser à s’intéresser au biberon que vous lui tendez.  

Est-il vraiment utile de vous rappeler qu’un bon biberon, qu’il soit ou non destiné à nourrir votre enfant après l’allaitement, devrait être systématiquement dépourvu de matières toxiques pour un enfant ?  

Par définition, vous ne devriez donc pas nourrir votre enfant si le biberon comporte des risques pour la santé de bébé pour cause d’agents pathogènes tels que le bisphénol A, le BPA… bref ! De microparticules de plastiques très nocives et cancérigènes. 

Biberon après allaitement : pour un sevrage en douceur !  

Sevrer son enfant, soit parce qu’on en a envie, soit parce que les choses ne se déroulent pas comme prévu, ou parce que votre enfant semble se désintéresser de votre poitrine, est une étape importante dans la vie de votre enfant et la vôtre. Elle mérite que l’on y accorde toute l’attention nécessaire ! 

Si vous vous demandez comment sevrer votre enfant, sachez que pour que les choses se passent au mieux, il est conseillé de procéder en douceur, en diminuant les prises de lait au sein. D’abord, à raison d’une à deux tétées de moins par jour, puis en augmentant progressivement ce chiffre, jusqu’à obtenir le sevrage total de votre bébé.  

Si bébé réclame à boire au moment des prises que vous avez “annulé”, essayez de résister en le distrayant, en jouant avec lui, en sortant faire une balade ou en le confiant à votre partenaire ou son papa.  

Si chaque tentative de diversion s’avère vaine, proposez-lui le sein malgré tout et voyez si une autre tétée ne sera pas moins importante pour lui en fonction du moment de la journée. Vous pouvez aussi lui proposer du lait maternel fraîchement tiré(le lait maternel décongelé peut avoir un goût différent et non adapté en début de sevrage). 

Tirer votre lait et le donner à bébé dans un biberon adapté à l'après-allaitement permet de moins brusquer votre bébé. Ainsi, bébé profite toujours du lait de sa mère, ce qui constitue un traumatisme de moins pour les cas où le lait artificiel sera malvenu.   

Parfois, ce n’est pas le biberon qui pose problème en soi ! Vérifiez donc que la marque de lait industriel est bien acceptée par votre enfant avant d’accuser le biberon ou la tétine. 

Il est très important que le biberon choisi ne dégage pas d’odeur plus forte susceptible d’altérer le parfum du lait maternel, risquant ainsi de faire échouer le stratagème. 

Démarrer la diversification alimentaire 

Les pédiatres vous conseilleront souvent de démarrer la diversification alimentaire aux six moisde votre bébé. Plus votre enfant est grand, plus le risque de fausse route (étouffement) s’éloigne...   

Il n’est pourtant pas rare de constater que chez les bébés les plus éveillés, nombreux louchent sur l’assiette de leur parent dès quatre mois, voire même avant ! Respectez cependant toujours scrupuleusement les recommandations du corps médical.  

Une fois que votre enfant est prêt, vous pouvez choisir de lui préparer vous-même de petits plats toujours finement mixés et sans morceaux pour les premiers mois. Au début, ne vous étonnez pas que bébé ne finisse pas ses plats ! Une à deux cuillerées suffiront amplement pour calmer son petit estomac et sa curiosité inébranlable.  

Pour les premiers plats, vous n’êtes pas obligé de mélanger différents légumes et aromates. Donner des saveurs uniques pour lui permettre d'identifier les goûts et nommezla nourriture que vous lui faites manger.  

  • carotte,  
  • pomme de terre,  
  • butternut,  
  • petit pois,  
  • haricots verre, 
  • betterave,  
  • patate douce,  
  • panais, 
  • banane, 
  • pruneaux, 
  • fraise,
  • poire, 
  • pêche, 
  • abricot, 
  • etc.

Ne salez pas et ne poivrez pas les premières semaines. Vous pouvez ajouter un très léger filet d’huile végétale(olive, colza, noix…) dans les préparations. Commencez par des aliments peu sucrés, plutôt que l’inverse ! Le scénario contraire risque fort de décevoir bébé qui se sera habitué à des saveurs plus toniques. 

Si bébé boude les cuillères, n’insistez pas. Peut-être n'a-t-il pas encore compris comment bien ouvrir la bouche. Vous pouvez verser un peu de votre lait dans ses bouillies et purées pour que chaque cuillerée lui paraissent plus proche de ce qu’il a l’habitude de manger.  

Si vous n’êtes pas adepte des fourneaux, les plats du commerce -bio de préférence- constituent une très bonne alternative. N’hésitez pas à les goûter pour vous rassurer.   

Des équipes de diététiciens travaillent quotidiennement en partenariat avec des producteurs maraîchers français pour satisfaire les besoins de votre bébé. La plupart des grandes marques telles que : 

  • Nestlé,  
  • Blédina,  
  • HIPP,  
  • Babybio,  
  • Yooji…

proposent des produits de qualité aux multiples saveurs.   

Vous pouvez aussi choisir de donner le soir si bébé est fatigué des soupes dans un biberon en relai de votre allaitement. Là encore, vous pouvez les couper avec du lait, soit maternel soit en poudre si bébé rechigne à boire.   

Soyez vigilant dans ce cas sur le choix de la tétine: tous les débits ne se valent pas. Ils doivent être adaptés à la texture des liquides données à votre enfant afin de ne pas majorer le risque de fausse route.    

Résumé de l’article : 

Si vous choisissez d’arrêter d’allaiter et recherchez un biberon opérationnel dès la fin de votre allaitement, voici ce qu’il faut avant tout retenir : 

  • Choisir un biberon reproduisant une situation d’allaitement au sein.
  • Poursuivre si besoin le tire-allaitementquelque temps pour faciliter la prise du biberon. 
  • Démarrez la diversification alimentaireprogressivement et avec l’accord de votre pédiatre. 

Les céréales du commerce :

Très sucrées, elles ont toutefois le mérite d’être absorbées facilement par les enfants. Pratique lorsque les repas s’avèrent difficiles à administrer.

Elles fournissent tous les apports nutritionnels importants pour votre enfant (vitamines, minéraux…) Vous en trouverez au chocolat, à la vanille, saveur biscuit… et de toutes les marques !
En revanche, veillez à ne pas en faire une habitude. L’ajout de céréales dans l’alimentation doit rester occasionnel.

La farine de caroube

Obtenue grâce à la production de graine du caroubier, arbre originaire de Crète, la farine de caroube, moins connue que ses pairs, garantit un résultat tout aussi efficace.

La Maïzena :

La maïzena est un féculent conçu à base de maïs transformée, d'où son surnom “fleur de maïs”. Mélangée au lait, elle permet une fois chauffée d’obtenir une texture de breuvage plus épaisse.

Excellente alternative à la farine de blé, et régulièrement consommée dans le cadre d’alimentation sans gluten, la maïzena donne une sensation très légère en bouche, très aérée voire onctueuse. Là encore, mieux vaut ne pas en abuser car des cas de constipations légères ont été rapportés.

L'amidon :

De blé ou de maïs, l’amidon épaissit directement dans le ventre de votre bébé. A l’inverse de la maïzena et des farines qui s’épaississent dans le biberon anti régurgitation. Pour certains enfants friands de texture liquide, c’est un avantage considérable ! 

Quel que soit le contexte, allaiter ne devrait jamais être une obligation et doit rester un plaisir pour chaque maman. Sevrer son enfant et choisir de lui donner un biberon ne constitue pas un crime (ni le fait d’allaiter longtemps d’ailleurs ! ) et ne doit pas culpabiliser les mères de famille.   

Elhée accompagne les femmes à faire les meilleurs choix dans le respect de la santé et du bien-être des bébés. Découvrez notre histoire en cliquant sur ce lien

Que recherchez-vous ?